Skip to main content

Blues mon ami

Blues mon ami

12/02/2004


Ce n’est jamais bien loin
Que tu pars
Lorsque je te chasse

Ce n’est jamais bien longtemps
Que tu t’en vas
Blues mon ami,

J’aime à t’extirper
De mes vieilles entrailles
Fatiguées par la vie

J’aime tout autant
Quand tu t’en reviens
Comme un démon tourmenté

Qui cherche à retrouver
La vieille maison
Qu’il a toujours hantée

Blues mon ami,
Tu as besoin de moi
Pour te chanter

Et j’ai besoin de toi
Pour pétrir
Mes humeurs, mes malheurs

Blues mon ami,
Avec toi à mes côtés,
Et ma vieille guitare,

Je suis le plus
Misérable et le plus vivant
De tous les hommes

© Théo BAMARA - Toutes les guerres du monde - 2021
Collection : Poèmes en Bleu

Image/Illustration : Paweł Szmajduch - Pexels

Vous aimerez peut-être également