Un fait divers

Je vis.

Par la mort qui vient

Je vis.

Par l’espoir qui coule

Par le feu qui brûle

Par les tons

Les couleurs

Je vis.

Par les parfums qui passent

Les saisons qui trépassent,

La musique de l’essence

Je vis par tout ce qui est vie

Je vis par “Je suis”

© Theo Bamara – 03-03-1999 – Publié dans « Chamts d’Amour »

Laisser un commentaire